Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2019

Le café concert

" Les cafés-concerts " sont nés en 1848, pendant les journées de la Révolution, ils s’installent en plein air, aux Champs-Elysées, qui sont alors hors de la ville, en pleine campagne. Sous prétexte de ne pas faire concurrence aux théâtres, les hommes doivent chanter en habit et les femmes en robe du soir. C’est seulement en 1867 que les chanteurs acquièrent le droit de se costumer et qu’apparaîtront alors sur scène 2019-04-08_10h41_35.pngles tourlourous, les paysans, les chanteuses espagnoles, les comiques excentriques, etc. Des « cafés-concerts d’hiver »  se créent bientôt au centre de Paris, puis dans les quartiers, dans les faubourgs, en province : on en comptera 200, et la mode gagnera l’étranger. Ce sont des cafés, donc on ne paye pas l’entrée, on y boit et on y fume. Le public du café-concert est essentiellement un public populaire. Dans une ambiance mélangée au tabac, de spiritueux, de bière et du gaz, il vient applaudir la romance naïve ou le couplet réaliste, la chanson grivoise ou l’épopée patriotique, le refrain stupide ou le monologue pittoresque. Les vedettes les plus célèbres comme Mayol, Polin, Dranem ou encore Yvette Guilbert seront immortalisées par Toulouse Lautrec. Conservateur du Musée de l’Affiche, Alain Weill est l’auteur de 100 ans d’affiches des music-halls parisiens. Il a publié de nombreux travaux sur l’affiche ancienne et préfacé des expositions aussi bien en France qu 'à Berlin ou New York. A voir prochainement en colonne de droite, album affiches « Café concert » (1848/1867) #collectifcarreverlaine.hautetfort.com
21 avril 1924
L’illustre tragédienne Eléonora Duse succombe à Pittsburgh. De quel écrivain italien fut-elle l’amie intime et l’incomparable interprète de ses drames.
Est-ce ?
2019-04-05_17h16_32.png1) *u**i P**rand**lo.
2) Ga*ie* *’*nnu**io.
3) C**zio *ala**rte.signature 31.gif

 

19/04/2019

Le joueur d'échecs

Le joueur d’Echecs. BD remarquable, même pour un lecteur qui ne connais pas le jeu d’échecs. Son histoire se situe en 1941, dans un paquebot assurant la traversée au départ de New York à destination de l’Argentine. A son bord Mirko Czentovic 2019-04-04_11h47_44.pngchampion d’échecs qui accepte à contrecœur, d’affronter un riche passager, puis tout un groupe d’hommes. Parmi ceux-ci, Monsieur B, qui se révèle particulièrement doué, et qui affirme pourtant ne pas avoir touché à ce jeu depuis 25 ans. Comment fait-il pour tenir tête au maître ? On apprend alors que ce dernier a appris les échecs dans un manuel pendant son long séjour dans les geôles nazies et que cette discipline lui a sauvé la vie, mais également miné. Ces quelques lignes n’est qu’un condensé de l’interprétation par David Sala du roman de Stefan Zweig, il fallait oser. La mise en page par Thomas Humeau est adaptée avec talent, le dessin dégage un champ magnétique très puissant, ou le rouge et le bleu viennent tour à tour l’envelopper. On a l’impression de feuilleter des planches d’aquarelle. Visuellement, cette BD est magnifique, n’hésitez pas à vous la procurer. Création Sarbacane.
18 avril 1802
Te Deum à Notre-Dame ; le Premier Consul est présent. Que fête-t-on.
Est-ce ?
2019-04-04_17h50_23.png1) Le *lébis**te n**mant **napa*te **nsul à **e.
2) La *a*x d’**iens si*née avec l’*gle**rre.
3) La ***nature du **ncor**t entre *on**arte e* l* *ap*.signature_37.gif