Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2019

Texas Jack.

Texas Jack.  Western pur et dur ou un cow-boy, très bon tireur au pistolet et patron d'un Big Show se trouve embringué dans une affaire qui le dépasse. L’histoire débute au XIXe siècle dans le Wyoming ou une modeste famille s’apprête à célébrer le baptême de la p’tite Lisa. Près de l’église, la table est dressée, attendant les convives. Un groupe d’hommes à cheval s’approche dans un nuage de poussière, c’est l’horreur qui s’abat sur les participants de la fête. Ils sont tous assassinés, y compris la p’tite Lisa par la bande de Gunsmoke. Au même moment dans un autre État, le cirque de Texas Jack donne une représentation de la vie dans l’Ouest, avec attaque de diligence et de nombreux tirs de pistolet. C’est grâce au cirque et ses spectacles que Texas Jack un as du révolver, s’est taillé une légende 2019-10-28_16h33_35.pngfantasmée de héros. C’est alors que son biographe accompagné d’un envoyé du gouvernement lui demandent de mettre cette légende et sa troupe au service de la loi (contre rémunération) afin de mettre un terme aux agissements de Gunsmoke et sa horde de tueurs. Pour achever de le convaincre, ils lui disent qu’ils seront épaulés par la cavalerie. La mission est suicidaire, mais impossible de refuser sans perdre sa réputation. Heureusement pour lui et ses compagnons, Gunsmoke est aussi la cible du marshal Sykes. Nous voilà donc avec un album plein de rebondissements, alternant coups de théâtre, trahisons, moments tendres parfois, et magnifiquement mis en scène par Pierre Dubois. Les dessins et la colorisation par Dimitri Armant sont à la hauteur de la qualité du scénario. C’est du bon Western.
25 septembre 1827,
Une actrice anglaise, Harriett Smithson, rencontre à l’Odéon un compositeur qui écrit pour elle « La Symphonie Fantastique » et l’épouser.
Est-ce ?
2019-10-29_10h49_28.png1) *icha* *a*ner.
2) **abr*iel *au*é.
3) *ect** *erl**.signature_49.gif

10/11/2019

Hallucinogène.

Hallucinogène. Mais…légale. La salvia divinorum ou sauge des devins est une plante à feuilles vert vif venue du Mexique. Chiquée ou fumée, elle provoque des hallucinations comparables à celles du LSD ou des « champignons magiques ». Or, elle est légale dans la plupart des États américains et dans la plus part des pays. En Californie on peut donc s’en procurer facilement dans les herboristeries ou les 2019-10-24_15h52_58.pngbureaux de tabac. L’exception est que personne ne peut le vendre ou le distribuer à un mineur ( article 379 du code pénal de Californie). Les détracteurs de la sauge des devins estiment que le gros problème réside dans ce que peuvent faire les usagers en proie à des hallucinations : prendre le volant, chercher la bagarre, etc. Parallèlement, certains chercheurs soutiennent que la salvia divinorum pourrait avoir des effets bénéfiques, notamment dans le traitement de la dépression ou du trouble bipolaire. L’agence américaine de lutte contre les stupéfiants examine le problème afin de déterminer s’il il faut réglementer la vente de se produit ou bien l’interdire purement et simplement.
Statut légal. En France, la Salvia divinorum est réglementée, elle est classée sur la liste « 1 » des substances vénéneuses depuis 2010. La détention et les actes liés à la production, à la distribution ou à l’acquisition de la salvia divinorum sont interdits : l’article L.5432-2 du code de la santé publique prévoit jusqu’à 375 000 € d’amende et 2019-10-24_15h54_31.png5 ans de prison. L’usage de salvia divinorum n’est pas spécifiquement mentionné dans le texte de loi. Mais puisque la détention de ce produit est interdite, son usage n’est légalement pas possible. La présentation du produit par la mise en avant de ses effets psychotropes est interdite. L’article L342-4 du code de la Santé Publique prévoit jusqu’à 75 000 € d’amende et 5 ans de prison.
8 septembre 1877,
Paris fait d’imposantes funérailles à celui qu’on surnomma « le libérateur du territoire », mais qui avait aussi durement réprimé la Commune.
Est-ce ?
2019-10-24_12h20_22.png1) Ad**lp*e *h*ers.
2) L**n *am**tta.
3) **les **rry.signature_poing.gif