Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2019

Je vais rester...

 « Je vais rester » bande dessinée scénarisée par Lewis Trondheim qui nous laisse perplexe. Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances. Tout est programmé par Roland, seulement, un peu en avance, leur réservation débutant à 14h, ils décident de se promener un peu en bord de mer. Surpris par de fortes rafales de vent, une 2019-02-17_12h07_34.pngplaque publicitaire va retirer la vie à son compagnon. Le drame nécessite une enquête, relayé par tous les médias. Fabienne après un moment de stupeur et d’incompréhension, décide de rester sur place, de ne pas assister aux obsèques, et de couper les ponts avec sa belle-famille. Elle va vivre cette semaine telle que Roland l’avait prévu dans les moindres détails et retranscrit dans un p’tit carnet. Au cours de ces quelques jours programmés (spectacle, bal et même resto pour deux déjà réservé) elle croisera le chemin de Paco un attachant et pittoresque personnage difficile à cerner. Les dessins parfaitement typés d’Hubert Chevillard illustrent pleinement ce récit intimiste. « Je vais rester » Rue des Sèvres.

3 mars 1934
Quelle voiture présentée par Citroën, de conception entièrement nouvelle, apparait comme une révolution dans le monde de l’automobile.
Est-ce ?
2019-02-17_17h49_26.png1) L* * *V.
2) *a * 6.
3) L* * C* Ro**lie.signature_21.gif

08/01/2019

Arthur Cravan

2018-12-25_12h47_56.png"Arthur Cravan" est plus qu’une biographie, c’est un véritable roman graphique que nous offre son auteur Jack Manini. Né à Lausanne (Suisse) en 1887, il arrive à Paris vers 1909 avec une carte de visite longue comme le bras (sans oublier celle de neveu d’Oscar Wilde) doté d’une carrure impressionnante, et dépassant les deux mètres. Arthur Cravan ne passe pas inaperçu dans les salons parisiens des années 1910. D’autan 2018-12-25_12h20_25.pngqu’il joue volontiers les critiques d’art, acerbe et virulent. Alors que les combats de la Première Guerre mondiale font rages, il se réfugie en Espagne où il devient boxeur, puis aux États-Unis. Tour à tour, poète, chevalier d’industrie, marin sur le Pacifique, muletier, charmeur de serpents, Arthur Cravan passera sa (courte) vie à fuir la guerre, à rencontrer les plus grands artistes du XXe siècle et affrontera même un des plus grands champions du monde de boxe. On se retrouve avec l’histoire extraordinaire d’un homme que la chance sourit en permanence. Beau gosse, amoureux en permanence, il chérit sa liberté, ne se fixe aucune limite ou interdit. Voilà un album souriant, bien dessiné, qui devrait satisfaire votre curiosité si le personnage d’Arthur Cravan vous intrigue !
Editions Grand Angle (208 pages)
8 janvier 1934
Un suicide douteux mais une mort qui arrange bien les gens.
Dans quelle station alpine retrouve-t-on l’auteur d’escroqueries, Stavisky, la tempe trouée.
Est-ce ?
2018-12-25_19h45_09.png1) *a**t-*er**is.
2) *ha*o*ix.
3) *e**ve.signature31.gif