Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2022

The Nobody.

* The Nobody *  doit-être le premier album du canadien *Jeff Lemire* qui combine sa passion pour le romancier H.G. Wells et sa fascination pour  la vie dans les villages ruraux. Cette histoire qu’il nous propose est une version bien personnelle de l’homme invisible. Nous sommes à *Large Mouth* p’tit village de pécheurs tranquille, 2022-07-18_18h04_39.pngsitué dans le comté de Wells en Indiana. Voilà qu’ alors débarque un étranger couvert de bandages et s’installe à l’hôtel du coin. Très vite, les villageois vont apprendre le terrible accident qui est arrivé au discret personnage qui dit se prénommer John Griffen et l’acceptent alors comme un des leurs. Bien sur, il ne passe pas inaperçu et  doucement la paranoïa s’installe. Il n’y aura guère que la jeune Vickie pour lui apporter un peu d’amitié. les bandages de Griffen nous cacheraient peut-être un autre secret ! A retenir également son dessin bien structuré, le noir faisant office de charpente, assurant  son ensemble d'un bleu plutôt glacial. L’angoisse est au rendez-vous. Aux éditions *FutuRopolis*.

Quelques charades faciles.  (P’tit moment de détente) 
2021-12-24_17h30_12.pngMon premier est une note de musique. 
Mon second ne pleure pas.
Mon troisième n’est pas juste.
Mon quatrième sert à répéter.
Mon tout dévore les feuilles de la pomme de terre.signature_48.gif

 

22/07/2022

Partir un jour.

* Partir un jour *  Cet album avec son style très épuré présente Manu Boisteau, la quarantaine, las de son travail de bureau et de ses collègues. Il rêve de tout quitter pour écrire son premier roman. Sa compagne, plus terre à terre, ne l’entend pas de cette oreille, ce qui génère quelques tensions. Le chemin va être long et compliqué, les obstacles nombreux, à commencer par le confort du quotidien, le 2022-07-15_12h42_50.pngsalaire qui tombe, l’absence de page blanche à noircir et le charme de remettre à demain les grandes illusions. Heureusement, Manu a quelques alliés, et surtout des rêves révélateurs, comme un chien de garde et même une jolie éditrice qui s’intéresse à lui. Il a même des amis qui à l’occasion s’intéressent à son projet. Bref, il a tout pour partir un jour… Alors il se lance, armé d’un bonzaï, d’un clavier et de son imagination… Presque trop facile ! Les dessins qui penchent sérieusement vers l’humour sont dans de p’tites cases non cadrées, comme les personnages dont le héros est chauve et sans lunettes. C’est décalé, ça parle des affres de la création, des doutes, de la difficulté à écrire et de l’usure du couple. Le résultat est très bien fait à la fois drôle est très humain. A recommander.

Quelques charades faciles.  (P’tit moment de détente) 

2021-12-24_17h30_12.pngMon premier est un récipient. Mon second est bien propre. Si je tire mon tout sans raison, la concierge me gronde.signature_40.gif

 

 

17/06/2022

Howard P. Lovecraft.

* Howard P. Lovecraft * « Celui qui écrivait dans les ténèbres ». Album fort appréciable d’un épisode réel ou imaginaire de Lovecraft, dans les années 1920/1930.  On pencherait volontiers pour la première option, car le scénariste Alex Nikolavitch a accompli un impressionnant travail de reconstitution de sa vie. Avec cette bande dessinée, il a trouvé la bonne façon d’aborder certains aspects moins connus d’un homme plus complexe 2022-05-14_11h30_40.pngqu’on ne la souvent présenté. On y découvre les rapports de l’écrivain avec ses collaborateurs, en passant par Sonia Green qui fut sa femme et Harry Houdini le magicien, mais aussi Howard, et Bloch ! Son illustration est assurée au Studio Haus, par trois jeunes argentins, Gervasio, Carlos Aon, et Lara Lee, qui  pour la première fois ont collaboré à un ouvrage en français. Lovecraft n’ayant pas connu le succès de son vivant devient avec cette BD, un vrais héros, évoluant dans des décors restitués à merveille. Une case, parfois suffit à en évoquer le pouvoir. Une excellente biographie à découvrir, aux éditions Rêveurs de Mondes.
8 juin 1891.  Quel peintre français débarque à Tahiti et va vivre au milieu des Mahoris. Il 2022-05-14_17h16_25.pngva s’affirmer comme le père du fauvisme. Est-ce ?
1)    *lfr** *is*ey.
2)    *au* **ug**n.
3)    Ma***e d* **ami**k.signature_9.gif

06/06/2022

L'Alcazar.

* L’Alcazar *  Nous voilà avec un album très original, scénarisé par Simon Lamouret, dont il en est également le coloriste. Cerise sur le gâteau, avec autorisation des bâtisseurs de l’Alcazar, il a sur place, suivi le chantier de son début au final, environ 12 mois. Dès sa prise en mains, ce qui nous frappe, c’est  la beauté trichromie lumineuse, assurée par l’orange, le bleu et le noir. Son récit commence ainsi : Nous sommes en Inde, à Bangalore ou se construit sur un terrain vague un immeuble « l’Alcazar ». Simon 2022-05-11_10h50_36.pngLamouret, son auteur a obtenu l’autorisation de suivre le chantier et une dizaine d’ouvriers tous corps de métier, venus des quatre coins du pays. Il va côtoyer Ali, jeune ingénieur inexpérimenté, Trinna, un contremaître intransigeant, Rafik, Mehboob et Salma, manœuvres provinciaux rêvant de lendemains meilleurs… mais aussi Ganesh et sa bande de Râjasthânis, carreleurs hindous. Leurs buts et leurs envies sont bien différents, chacun tente d’exister face aux autres, sans oublier de la solidarité, notamment chez les p’tits ouvriers. Tous ce p’tit monde est supervisé par un jeune promoteur qui ne s’intéresse qu’à l’argent et aux futurs acheteurs. A mesure que l’immeuble s’élève, Simon Lamouret va gagner leurs confiances et recueillir auprès des ouvriers de réels témoignages. Une chronique sociale justifiable ! C’est à découvrir  *Aux éditions Sarbacane*.
Quelques charades faciles.  (P’tit moment de détente) 
2021-12-24_17h30_12.pngMon premier est le résidu du café. 
Mon second est parfois de pêche.
Mon troisième est un garçon.
Mon quatrième est un article.
Mon tout retient parfois l’ampleur de mon manteau.signature_43.gif

 

22/05/2022

Nos remèdes de Grands mères

2022-05-03_17h04_55.png* Aux bains…, les pieds ! * (remède de grand-mère). Nos pieds qui gonflent, et cette chaleur gênante… Voici quelques bains de pieds qui vous feront un bien énorme. Pour cela, réalisez un bain d’eau tiède dans une bassine avec une poignée de sel marin et un p’tit verre de vinaigre de cidre. Ces deux ingrédients vont détendre votre peau tout en douceur. Laissez vos pieds tremper et relaxer pendant une dizaine de minutes, en plus, cela  va réduire  l’odeur de transpiration. D’autres idées : Trempez-vous les pieds dans une bassine d’eau où a infusé une poignée de feuilles de thym. Le thym est un antiseptique, il 2022-05-04_16h45_51.pngcontient du thymol qui lutte contre la transpiration et les odeurs. Pourquoi pas avec du thé, il contient du tanin, c’est un agent asséchant, il contribue à diminuer la transpiration. Faites infuser deux sachets de thé dans un peu d’eau bouillante, allongez d’eau tiède dans une bassine et trempez vos pieds pendant une quinzaine de minutes. Après ces bains, séchez-vous et massez-vous les2022-05-04_16h46_27.png pieds avec une crème hydratante. Pour de p’tites callosités et sur peau sèche, appliquez un émollient (Mercryl) puis passer une râpe douce (surtout pas en métal). Bien sur, dans le commerce, vous trouverez des appareils électriques plus ou moins sophistiqués, mais qui n’ont plus rien à voir avec nos remèdes de Grand-mères.


Quelques charades faciles.  (P’tit moment de détente) 
2021-12-24_17h30_12.pngMon premier est une lettre de l’alphabet. 
Mon second est un récipient.
Mon troisième recouvre le corps humain.
Mon quatrième est un possessif.
Mon cinquième est un pronom personnel
Mon tout est un gros animal.signature_37.gif