Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2020

Elle s'appelait Sarah

Elle s’appelait Sarah.  Fidèle au roman de Tatiana de Rosnay, cette BD au style épurée et aux tons monochromes reflète, le climat lugubre de ces années de guerre. Deux histoires différenciées par la couleur des pages, vont se dérouler en va-et-vient. Juillet 1942, c’est celle des parents, et de la p’tite Sarah, 10 ans, portant l’étoile jaune, qui sont arrêtés en pleine nuit par la police française. Sarah va alors mettre à 2019-12-16_11h48_27.pngl’abri son p’tit frère de 4 ans, lui promettant de revenir le chercher très vite. Ils seront ensuite transportés au Vélodrome d’Hiver de Paris, et déportés dans un camp du Loiret. Ce n’est que lorsqu’elle parviendra à s’enfuir qu’elle découvrira le destin de son p’tit frère. En en parallèle, Paris 2002 : C’est l’histoire de Julia Jarmond, journaliste américaine, mariée à Bertrand, jeune architecte français, et sa fille Zoe. Elle doit écrire un article pour la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv. C’est un peu par hasard, et soixante après, qu’elle va retrouver la trace de Sarah et s’intéresser à son déroulement. Voilà des faits parfaitement expliqués qui ne devraient laisser personne indifférent.
C'est aux Éditions Marabout.
Seriez-vous perplexe !
Les spécialités gastronomiques.
Il y a des villes célèbres pour leurs spécialités gastronomiques. Pouvez-vous les associer avec leurs spécialités ?
2019-12-16_18h58_54.pngLes villes : Agen, Aix-en-Provence, Montélimar, Cavaillon, Cambrai, Caen, Arles, Dijon, Strasbourg, Vire.
Leurs spécialités : Les Saucisses, le saucisson, le nougat, la moutarde, l’andouille, les pruneaux, les tripes, le melon, les calissons, les bêtises.signature31.gif

01/01/2020

Que deviennentnos étrennes ?

Que deviennent nos étrennes ?

Les étrennes, et son histoire. L’usage nous viendrait des Romains, on donna à ce qui était de p’tits présents le nom de « Strenæ » dont nous avons fait étrennes. Les premiers Romains s’envoyaient mutuellement, au commencement de l’année, des cadeaux d’une grande simplicité (fruits secs, miel ,etc.). Au fil du temps, les présents prirent de la valeur, les étrennes souvent combattues, persistèrent malgré quelques saints

2019-12-30_19h30_02.png

qui les qualifièrent de diaboliques ! Quelques années avant 1789, les étrennes à la mode dans la haute société, étaient des porcelaines de Sèvres. Sous la Révolution, les étrennes furent abolies par le gouvernement républicain, puis remis au gout du jour par Bonaparte devenu Empereur. Les plus anciens se souviennent des 1er janvier d’antan. Endimanchée, toute la famille se rendait chez les aînés en respectant un ordre ben établi, arrière grands-parents et ainsi de suite. Les enfants qui étrennaient recevaient une pièce ou un billet après avoir dit respectueusement « Bonne année » aux membres de leur grande famille. De nos jours, les étrennes sont une tradition, non une obligation, l’usage veut qu’elles soient versées aux gardiens d’immeubles, facteurs, pompiers, éboueurs, en remerciement des services rendus tout au long de l’année. Il n’existe pas de réglementation, c’est à vous d’apprécier sous formes diverses « cadeaux ou espèces » à qui donner ou non.

Passage de faux agents. Comment reconnaître les vrais des faux.
L’habit : Comme pour les moines, ce n’est pas l’habit qui fait le professionnel. Un uniforme, ça se loue. Et un gilet jaune, nous en avons tous un dans la voiture. Méfiez-vous des apparences.

2019-12-30_19h23_21.png

La Carte professionnelle : Pas de carte professionnelle, pas de calendrier. Qu’il s’agisse d’un éboueur, des pompiers ou du facteur, il faut leur demander. Terminé le format A3, maintenant, c’est la taille d’une carte bancaire (recto/verso).
Méfiez-vous du p’tit nouveau qui propose sa création imprimée sur son ordinateur. Vérifiez à minima la qualité du papier, l’impression, les dates, le logo.
Personne ne rentre : Même le plus véritable vendeur peut avoir son coté obscur (je peux utiliser vos toilettes ? ou avoir un verre d’eau ?). Ne laissez personne dans l’entrée ou vous laissez bien souvent votre sac à main, et vos clés de voiture.
Scout toujours prêt : Généralement, pas de problème avec le p’tit bonhomme de 8 ns sous son gros béret. Maintenant, ils vendent plus souvent sur les marchés ou à la sortie des églises.
Trop tard… Vous vous êtes fait avoir ? Deux choses à faire : ne touchez à rien et appelez la police en composant le 17.signature_40.gif