Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2019

Ce qu'il faut de terre

Ce qu’il faut de terre à l’homme, album graphique scénarisé par Martin Veyron (d’après une nouvelle de Léon Tolstoï, 1886)) et superbement coloré par son frère Charles. Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais subvient aux besoins de sa famille. Dans un premier 2019-10-14_11h43_13.pngtemps, le modeste Pacôme parait sage et réfléchi. Il trouve même la bonne solution pour apaiser le village. Mais sa bêtise croit avec son envie de posséder de plus, en plus de terres. Son ambition l’aveugle et n’écoute plus sa femme qui, elle, est restée lucide et philosophe. Un jour, un marchand de passage affirme à Pacôme que les Bachkirs, paysans de la Russie de l’Est, vendent leurs terres à bon marché. C’est tentant, il s’y rend accepte un certain marché qui va lui être... Voilà un superbe récit qui se lit comme une plaisante légende.
20 octobre 1849,
On célèbre à Paris les obsèques de celui qu’Henri Heine surnommait le « Raphael de la musique ». On y remarque l’absence de George Sand.
Est-ce ?
2019-10-14_17h21_48.png1) E**enne *é*ul.
2) F**déric *ho*in.
3) Ado**he A**m.signature_9.gif

 

Commentaires

C'est la réponse n° 2: Frédéric Chopin.

Écrit par : VIctoire | 08/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire