Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2017

Le Monde d'Après

Le Monde d'Après…
…nous replonge dès les premières pages dans le contexte de dévastation, le récit remet les survivants que sont Marie, Jules, Hugo et Théo, accompagné de Plutarque dans leurs prérogatives premières, celles qui consistent à retourner à leur domicile (voir cette brève sur le merveilleux tome 1 « Le Reste du Monde » du 12/12/2015) après la catastrophe. Les éléments sont détraqués, le chaud et le froid s’entremêlent. 2017-01-20_16h05_01.pngDans la montagne pyrénéenne, ils peuvent contempler l’ampleur des dégâts. Plus bas, dans la vallée, le barrage est explosé et un train s’est écrasé après la chute d’un pont. Les survivants qu’ils croisent sont dans un état second, n’hésitent pas à tuer leur prochain pour de la nourriture ou des objets du quotidien. La catastrophe prend de l’ampleur, ils se cherchent alors un objectif : rejoindre l’océan et, pourquoi pas renouer avec le père qui se trouve en Espagne. Dans la lignée du premier album, cette suite est renversante Dessins et couleurs retranscrivent à merveille ce paysage de désolation, de fin du monde… Le scénario tient parfaitement la route.
On lit le tout avec plaisir avec une fin qui ouvre la possibilité d’une suite, Jean-Christophe Chausy persiste dans cette histoire.
9 février 1964
L2017-01-23_12h04_37.pnges jeux Olympiques d’hiver à Innsbruck sont terminés. Grâce à qui la France y a-t-elle remporté un incontestable succès.
Est-ce ?
1) Le* *œ*rs *oitsch*l.
2) Ala*n *alm*t.
3) Jea* *laude K*lly.signature_37.gif

Commentaires

C'est la réponse n°1: Les Sœurs Goitschel.

Écrit par : victoire | 15/02/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Victoire,
Effectivement c'est bien grâce aux sœurs Goitschel que la France a remporté un incontestable succès aux jeux Olympiques d'hiver à Innsbruck en février 1964.
Bravo et bonne journée.
Olkif

Écrit par : Olkif | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire