Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2018

Souvenirs, souvenirs...

Le tablier de Grand’mère servait à protéger la robe en dessous mais en 2018-08-10_10h34_39.pngplus de cela, il servait de gant pour retirer la poêle brûlante du fourneau. Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants et, en certaines occasions pour nettoyer les frimousses salies. Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les œufs, à sauvegarder les œufs fêlés ou à emporter les poussins à ranimer. Quand les visiteurs arrivaient, le tablier servait d’abri aux enfants et lorsque le temps était frais, Grand’mère s’en emmitouflait les bras. Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au-dessus du feu de bois. C’est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec, jusque dans la cuisine. Depuis le potager, il servait de panier pour les légumes. En fin de saison, il était utilisé pour ramasser pommes et poires tombées de l’arbre. Quand les visiteurs 2018-08-10_10h35_51.pngarrivaient de façon impromptue, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce veux tablier pouvait faire la poussière. A l’heure de servir le repas, Grand’mère allait sur le perron agiter son tablier et les hommes aux champs savaient aussitôt qu’ils devaient passer à table. Grand’mère l’utilisait également pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle refroidisse. Il faudra de bien longues années avant que quelqu’un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant et tant de choses…signature_48.gif

 

27/08/2018

Collaboration horizontale

Collaboration horizontale, magistralement porté par Navie et magnifiquement illustré par Carole Maurel, c’est 144 pages de bonheur. Un immeuble, deux hommes, sept femmes, deux enfants… La concierge femme de caractère, son époux chic type est aveugle et leur fille qui dessine. Également, une danseuse de cabaret au bout du rouleau, une vieille patriote amoureuse des chats et une mère juive avec son fils qui se cachent. Puis, il y a Rose, jeune infirmière et son 2018-08-08_10h34_47.pngp’tit garçon, son mari lamentable époux et mauvais père est prisonnier, alors lorsqu’elle croise cet officier Allemand dans l’immeuble, c’est le coup de foudre. Nous voilà donc plongée en 1942, les années noires, la France est occupée par les Allemandes, les hommes sont peu nombreux, prisonniers de guerre, sur le front, les libertés des Français sont réduites, les juifs sont inquiétés, certains se cachent, d’autres sont déportés. On dénonce les juifs, les communistes, ils sont nombreux à le faire puisque entre 1940/44, on a recensé 4 millions de dénonciations écrites et signés. La France est alors partagée entre collabos et résistants. Puis, c’est la libération, les déportés sont de retour, on tond les femmes qui ont couchées avec l’ennemi, c’est l’humiliation sur la place publique, on les fait défiler nues, on leur crache au visage… Rose est l’une d’entre elles. Voilà un bel album qui retrace une période douloureuse de notre histoire. Une superbe et émouvante histoire d’amour qui brave les interdits, l’atmosphère y est, le dessin est magnifique, de l’émotion, de la sensibilité. Un p’tit bijou !

27 août 1965
Un grand architecte disparaît au cours d’une baignade. De nombreuses constructions illustrent son génie, telle « La Maison du Fada » à Marseille.
Est-ce ?
2018-08-08_17h38_31.png1) **rnand *ouill**.
2) Fe**inand Ch**al.
3) E**uard *e *rbus**r.signature 31.gif